BIRMANIE-GUIDE

BIRMANIE-GUIDE

Le site web de la Birmanie

Notions de base en géographie

Ce qu'il faut savoir

Mis à jour le 20-05-2007  |  Publié le 05-05-2007 - Lu 5 876 fois
Aucun vote
A la suite du coup d'état militaire de 1988, le conseil d'État pour le rétablissement de la loi et l'ordre (the State Law and Order Restoration Council - SLORC) rebaptisa le pays « Myanmar » qui signifie le pays merveilleux. En 1989, le pays prend le nom d'Union de Myanmar.

Situation

Situé entre le 9° et le 28° degré de latitude Nord, et entre le 92° et 101° degré de longitude Est, la Birmanie est un pays du Sud-Est asiatique situé dans la péninsule indochinoise. Elle est limitée au nord par la région autonome du Tibet annexé par la Chine, à l'est par la Chine, le Laos et la Thaïlande, au sud par la mer d'Andaman et à l'ouest par l’océan Indien, le golfe du Bengale, le Bangladesh et l'Inde. La Birmanie forme une Union fédérale – d’où le nom de Union birmane – composée de sept États théoriquement peuplés de non-Birmans au nord et qui correspondent chacun à un des grands groupes ethniques qui peuplent la Birmanie (l’État arakan, chin, kachin, karen, kayah, shan et môn) et de sept provinces ou « divisions » administratives habitées par des Birmans au sud (division de Rangoon, de Irrawaddy, de Mandalay, de Sagaing, de Tenasserim, de Magway et de Pegou). Chaque État ou division se subdivise en communes, districts et villages.

Les principales villes du pays sont Rangoon, Mandalay et Pagan.

La région côtière est connue sous le nom de basse Birmanie et la région de l’intérieur sous celui de haute Birmanie.

Superficie

Avec ses 678 528 km2, la Birmanie est un grand pays d'Asie du Sud-Est et est classé au 39e rang mondial. Le pays est beaucoup plus haut que large : 936 km d'Est en Ouest et 2051 km du Nord au Sud. Il possède 5876 km de frontières terrestres et 1930 km de côtes : ainsi, il partage 193 km de frontière avec le Bangladesh, 2.185 km avec la Chine, 1.463 km avec l'Inde, 235 km avec le Laos et enfin 1800 km avec la Thaïlande.

Relief

La Birmanie est montagneuse : à l’ouest la chaîne de l’Arakan prolongée au nord par les Chin Hills, les Naga Hills et les Pakai Hills, culminant à 3827 m au Mont Saramanti ; au nord-ouest les monts Patkai (4.000 à 5.000 m), au nord les monts Kachin qui s’élèvent jusqu’au plateau tibétain à 6000 m ; au centre le plateau Shan traversé par la Salouen, vallée très encaissée ; au sud le Tenasserim. Entre le rebord du plateau Shan et les premiers contreforts de l’Arakan se trouve une plaine centrale, drainée par le Chindwin, le Sittang et l’Irrawaddy, fleuve long de 1992 km dont 1659 km sont navigables. La région de l’intérieur, qui s’ordonne autour du bassin de Mandalay où convergent Irrawaddy et Chindwin et d’où sort le Sittang, est connue sous le nom de Haute Birmanie, cœur historique du pays. La région côtière (zone alluvionnaire du delta de l’Irrawaddy et plaine du Sittang), bordée de nombreuses îles, est connue sous le nom de Basse Birmanie. Dans les régions périphériques, montagneuses, la forêt domine.

Le point culminant de la Birmanie se trouve au nord, à la frontière avec la chine : le Hkakabo Razi culmine à 5881 m.

57 % du territoire est occupé par la forêt. Il existe en Birmanie deux grands types de forêts tropicales ; l'une est la forêt de mousson (arbres à feuillage caduc) où la saison sèche dure environ 3 mois ou plus ; l'autre est la forêt tropicale humide (toujours verte) qui subit des pluies au moins pendant 9 mois de l'année. Certaines zones forestières associent ces deux types de végétation. La forêt qui garnit le littoral et les dunes est composée de palmiers, hibicus, casurinas, cocotiers…
Une source de richesse non négligeable pour le pays est celle du bois de teck (75% des réserves mondiales) et du bois d'hévéa. On rencontre également quelque chose comme 25 000 espèces de plantes à fleurs.

Réseau hydrographique

.

Climat

La Birmanie vit au rythme de 3 saisons : l'été, la saison des pluies et la saison fraiche et sèche. La mousson du sud-ouest dure de mai à septembre/octobre (maximum des précipitations en juillet). La côte est la région la plus touchée par la mousson. Mais le climat n'est pas uniforme selon les régions. Même pendant la saison dite "des pluies" la quantité de pluies tombée tombée à Bagan et Mandalay est faible et rend le tourisme tout à fait agréable. La saison sèche, de novembre à mai, est associée à une baisse des températures. Les mois de mars, avril et mai sont extrêmement chauds avec des températures grimpant parfois au-delà des 40° : c'est l'été.

La meilleure saison pour se rendre au Myanmar s'étend d'octobre à mars. Attention : quelque soit l’époque de l’année, il peut neiger au dessus de 3 800 m d’altitude.

Relevé mensuel des températures

 
Jan
Fev
Mars
Avril
Mai
Juin
Juil
Aout
Sept
Oct
Nov
Déc
Bagan - Mandalay
22°
24°
29°
32°
32°
31°
31°
30°
30°
29°
26°
22°
Rangoon (Yangon)
25°
27°
29°
30°
30°
27°
27°
27°
27°
28°
27°
25°

Population

Elle est de 47,3 millions d’habitants estimés en 2006. Environ 4.5 millions de personnes habitent Rangoon, l'ancienne capitale.

La population Birmane peut être divisée en 4 principaux groupes ethniques :

  • Les Tibéto-Birmans : ils représentent 78% de la population ; ce sont surtout des Bamars mais aussi des groupes tribaux divers (Rakhaing, Chin, Kashin, Lisu, Naga...)
  • Les Môn-Khmers : essentiellement constitués de Mon mais également d'autres groupes minoritaires (Intha, Wa, Palaung)
  • Les Thaï : pour la plupart, ce sont des Shans.
  • Les Kayin et les Kayah.

Le gouvernement reconnaît 67 groupes ethno-linguistiques, répartis officiellement en 8 "races nationales" selon leur origine linguistique : les Bamars (65%), les Shans (10%), les Mons (2,3%), les Kayins (7%), les Kays et les Chins (2,3%), les Kachis (2,3%) et les Rakhaings (4%).

Le pays compte en réalité plus de 130 minorités..

L’État birman englobe un nombre considérable d’ethnies : les Birmans (75 %), les Shans (11 %), les Arakans (6 %), les Karens (5 %), les Môns (3 %), les Kachins (2,5 %), les Chins, les Karennis (Kayahs), les Lahus, les Rohingyas, les Gurkhas, les Palaungs, les Méos (Hmongs), les Nagas, les Akhas, les Lisaws, les Kadus, les Was, les Mokens (ou Mawkens), etc. Le pays compte aussi 150 000 Chinois et 800 000 Indiens. Trois de ces ethnies font souvent parler d'elles parce qu’elle se révoltent contre l’ethnie majoritaire birmane : les Karens, les Kachins et les Shans. De plus, les Was vivant sur la frontière avec la Chine sont périodiquement en insurrection.
Les Birmans constituent le groupe ethnique le plus important, forment 75 % de la population et parlent le birman. L’alphabet du birman repose sur le sanskrit et le pali, les deux langues sacrées du bouddhisme. Les minorités de ce pays, pour leur part, représentent environ 23 % de la population totale, occupent les deux tiers du territoire et parlent une centaine de langues: le shan (11 %), l’arakan (6 %), le karen (5 %), le môn (3 %), le kachin (2,5 %), le chin, le karenni, le lahu, le rohingya, etc. La plupart de ces langues sont d’origine sino-tibétaine, mais certaines d’entre elles, comme le môn, appartiennent à la famille austro-asiatique. En plus du birman, l'anglais, le chinois et le thaï sont très utilisés dans ce pays en tant que langues véhiculaires.

Religion

87% des Birmans sont bouddhistes Theravada (Petit Véhicule), forme traditionnelle du bouddhisme correspondant aux premiers enseignements du Bouddha Sakyamuni. On compte environ 250 000 moines en Birmanie. Le bouddhisme est ensuite suivi du christianisme (5%, surtout Karen et Chin), de l'islam (4%) et enfin en trouve environ 3% animistes et quelques hindouistes.

Au delà de ce bouddhisme traditionnel, de nombreuses formes de chamanisme existent toujours entre jungles et montagnes de Birmanie. La croyance en des esprits appelés "Nats" est la plus répandue. Ce culte animiste, en provenance d'Inde, consiste à s'unir aux esprits des montagnes, des lacs ou des forêts par des sacrifices et des offrandes.

Régime politique

Régime autoritaire, l'État du Myanmar est dirigé par une Dictature militaire depuis le coup d'État de septembre 1988. Les organisations internationales des droits de l'homme classent la Birmanie parmi les mauvais élèves en matière de libertés publiques : la liberté de la presse et les droits de l'homme ne sont pas respectés, le pouvoir judiciaire n'est pas indépendant de l'exécutif et les partis d'opposition ne sont pas tolérés.

Page précédente  |  Page suivante  

Cette page vous a plu ? Partagez-la sur les réseaux sociaux :

Pas de commentaire.

Laisser un commentaire

Envoyé à un ami

Plan du site
Top 50 des articles
Livre d'or du site
Audience XiTi
231 988 visiteurs au total
87 visiteurs ce jour
2 visiteurs actuellement sur le site
Liste des membres du site
Nous Contacter

© J.Brunetaud 2007-2018

Actualité du référencement